Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution Pacifique

Révolution Pacifique

Et si nous construisions ensemble un Monde pour le XXIème Siècle....

3 La disparition du "BON SENS"

"le bon sens est comme le déodorant, ce sont ceux qui en on le plus besoin qui ne l'utilise jamais""le bon sens est comme le déodorant, ce sont ceux qui en on le plus besoin qui ne l'utilise jamais"

"le bon sens est comme le déodorant, ce sont ceux qui en on le plus besoin qui ne l'utilise jamais"

le "COMMON SENSE" comme disent les Anglais, le bon sens paysan comme on dit en France semble avoir disparu des rayons, pourtant bien fournis, du liberalisme avancé. Même si l'on sait depuis toujours que le bon sens est la chose du monde la moins bien partagée, il semble que le XXè et le début du XXIè siècle l'aient carrément oublié tant chaque jour qui passe nous offre des exemples de contradictions, d'absurdités, de situations ou de décisions ubuesques.

Le pire c'est que le phénomène est devenu tellement courant qu'on ne voit même plus ces dysfonctionnements comme des manifestations de la perte du bon sens : on va, pêle-mêle subventionner la production d'une activité victime de surproduction ; privatiser toutes les activités rentables, ne garder que les activités non rentables à la charge du contribuable et s'étonner de la dette de l'Etat (quel ménage pourrait survivre avec des charges mais sans revenus) !

On va retarder l'âge de départ à la retraite alors même que le chômage touche, entre autre les plus vieux ; on va confondre durée de vie active et durée de cotisation, faire cotiser les chômeurs mais pas les retraités, alors même que l'on a adopté un système de répartition et non de capitalisation ;

On va réduire les revenus, augmenter les impôts alors même qu'on prétend favoriser la relance et défendre le pouvoir d'achat ; on va augmenter les tarifs du rail en déclarant que l'on veut favoriser le ferroutage et les transports en commun.

On va exporter des matières premières à l'autre bout du Monde pour y faire fabriquer des produits finis et les réimporter dans le pays de départ ; on va fermer des lignes de chemin de fer en affirmant qu'il faut désenclaver des régions qui bénéficiaient de ces lignes ;

On va prendre des mesures pour diminuer les accidents de la route mais on va relancer les autocars qui font des dizaines de morts à chaque accident ; on va, pour augmenter le profit réduire tous les coûts de maintenance et s'étonner des accidents ferroviaires ou aériens ;

On va proclamer qu'il faut travailler plus pour gagner plus tout en favorisant les actionnaires rentiers qui gagnent le leur en dormant ; on va nommer un ministre du budget chargé entre autre de lutter contre l'évasion fiscale alors qu'il est lui même fraudeur avéré ! Multiplier les taxes payables par les petits et moyens contribuables mais fermer les yeux sur l'évasion fiscale massive des multinationales et des individus les plus riches qui ont de bons juristes jonglant avec les lois ;

Chacun pourra trouver des centaines, des milliers d'exemples pitoyables de ce manque de bon sens le plus élémentaire.

Ce qui est infiniment grave dans cette perte de bon sens, c'est qu'elle débouche sur la généralisation de la mise de la charrue avant les boeufs : en principe la politique devrait être tournée vers le bonheur et le bien-être des populations qu'elle prétend gérer ;

Pour se faire elle devrait s' appuyer sur l'économie qui elle même devrait disposer de la finance ! Eh bien non ! aujourd'hui le politique est au service de l'économie et celle-ci est au service de la finance souveraine ; elle même ne visant que le "bonheur" et le "bien-être" d'une poignée d'archi-nantis : le 1% de la population mondiale qui détient déjà plus de 80% de la richesse de la planète. Ce n'est plus à ce stade un manque de bon sens, c'est un NON SENS.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article