Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Révolution Pacifique

Révolution Pacifique

Et si nous construisions ensemble un Monde pour le XXIème Siècle....

"l'Entreprise Démocrate"

"l'Entreprise Démocrate""l'Entreprise Démocrate"

On a vu tout au long de ce blog le rôle central que jouent les entreprises pour l'avenir du monde et de ces habitants :

-l'entreprise crée de la richesse mais emploie des ressources (parfois rares ou stratégiques), elle produit mais elle pollue.

-l'entreprise créé des emplois mais elle peut en détruire ; elle détient le bonheur et l'avenir de tous ses salariés et indirectement de leurs familles, sans compter celles des sous-traitants et partenaires. Sa responsabilité est centrale en matière de chômage, de protection sociale et de développement des régions où elle est implantée.

-l'entreprise moderne est toujours porteuse d'un projet ("le projet d'entreprise") qui énonce ses valeurs, son ambition, ses grands axes de développement : ces chartes internes sont censées informer, rassurer, fidéliser les Clients et Fournisseurs, mobiliser et motiver les Employés, ouvriers et cadres et séduire les actionnaires...encore et encore les actionnaires. Mais qui sont ces éléments devenus tout puissants dans la naissance, la vie et la mort des entreprises modernes ?

L' actionnaire ou les actionnaires sont ceux qui détiennent les titres de propriété que sont les actions ; il siège dans un conseil d'administration qui nomme l'équipe dirigeante dont il suit et contrôle l'action , comme c'est ce conseil qui décide de la rémunération des dirigeants, de l'affectation des profits, de la distribution des dividendes il est en fait maître absolu des destinées de l'Entreprise . Je simplifie naturellement et je passe sous silence les assemblées d'actionnaires dont le poids est le plus souvent marginal.

Cet édifice financier, héritier des premiers prêteurs usuriers, de la Ligue Hanséatique à la création de Wall Street, constitue ce qu'on appelle la Finance : Banques, Fonds de Pensions, Assurances, Cabinets spécialisés, individus, Traders achètent et revendent des titres de sociétés au grès des conseils et études plus ou moins avisés d' Analystes Financiers le plus souvent sans rien connaître du secteur d'activité dans lequel évolue l'Entreprise qu'ils analysent sous toutes les coutures (surtout financières).

La conséquence de cette structure, de ce modèle est que la Direction de l'entreprise et a fortiori les employés ne sont pas libre de leur destin.

Est-ce que cette situation est une fatalité ? Je ne le pense pas, je ne pense pas non plus que pour résoudre le problème il faille se munir d'une faucille et d'un marteau ! Revenons aux fondamentaux et au bon sens. Qu'est ce qui fait la valeur d'une entreprise :

-son créateur ? sans aucun doute ! C'est lui qui a eu une idée de produit, qui a décidé d'acheter ou de déposer un brevet, qui a emprunté pour trouver un local, acheter des machines, des outils, c'est encore lui qui a embauché des collaborateurs (il est symptomatique que ce terme soit souvent employé dans des structures récentes ou jeunes). Remarquons déjà que dans une petite structure d'entreprise pratiquement toutes les décisions seront prises en concertation naturelle (achat d'une nouvelle machine, embauche d'un nouvel employé, choix d'un fournisseur, ouverture d'une nouvelle agence...) c'est un "affectio societatis" naturel. Pas besoin de conseil d'administration, de syndicats et autres tiers.

-ses brevets et la créativité de ses recherches ? : Bien sûr ! on remarquera déjà, qu'à coté du ou des brevets originels, les employés en charge de la recherche, les bureaux d'études renouvellent et pérennisent le savoir faire de l'entreprise tout en créant de la valeur ajoutée et de la richesse, juridiquement, le chercheur n'est pas propriétaire de ses inventions, elles bénéficient à l'entreprise toute entière.

-sa productivité et sa compétitivité ? Absolument ! Elles sont la garantie du développement de l'Entreprise. Elles viennent de la qualité des produits, du prix de revient obtenus, des services proposés, de la qualité et du savoir faire de la force de vente. Cette amélioration de la productivité est une des caractéristique de révolutions industrielles du 18è au 20è siècle et n'a cessée de croître. Dans les années 50 des économistes reconnus (Jean Fourastié par exemple) en avait même fait une théorie : en gros ils prévoyaient que les progrès des rendements agricoles (secteur primaire) avaient entraîné une réduction du nombre de paysans nécessaires pour nourrir la population induisant leurs reconversions dans l' Industrie (secteur secondaire), les progrès rapides dans l'industrie (robotique, informatique...) entraînera une diminution des besoins en ouvriers et un passage massif de la main d'oeuvre dans le Tertiaire : ils annonçaient ainsi, la civilisation des services et des loisirs ("les fameux 40000 heures" de travail que l'Homme effectuerait dans une vie). Ces malheureux économistes n'avaient pas prévu que tous ces gains de productivité ne serviraient qu'à une chose : accroître les marges et gonfler les poches des actionnaires et alimenter les queues des Pôles Emploi. Tout le Monde politique honnête savait depuis longtemps que la tendance historique lourde était une réduction du temps de travail (cf. Michel Rocard) et non le Buzz-word d'un président qui prétendait qu'il suffirait de travailler plus pour gagner plus !

-ses fournisseurs ? oui, ils sont une force pour l'entreprise (donc une richesse) s'ils sont bien choisis, s'ils sont eux-mêmes bons.

-ses clients ? Evidemment, sans eux pas d'entreprises, pas d'employés, pas d'équipes dirigeantes. C'est pour les satisfaire que l'entreprise doit faire preuve d'excellence.

-Est-ce tout ? non, pas tout à fait. La richesse d'une entreprise c'est sa place dans la société et dans le monde, l'image qu'elle renvoie de créativité, d'inventivité, de qualité, de rôle social positif (une société comme Siemens fût pionnière en matière d'avancées sociales). Quelque soit la taille de l'Entreprise artisanale ou multinationale, quelque soit son secteur d'activité, industrie, services, administrations, l'image de l'entreprise est fondamentale.

Et la Finance dans tout ça ? Ah ! oui, j'allais oublier, c'est vrai, dans un bilan, tout en haut à gauche, au passif il y a les fonds propres de l'entreprise, et dans ses fonds propres à côté des réserves, des dettes et engagements à long terme il y a le Capital....le capital social qui représente entre 10 et 30 % dans le meilleur des cas de la richesse de l'entreprise telle que nous venons de l'entrevoir ! Mais ces 10 à 30 % sont censés représenter des titres de propriété sur l'entreprise toute entière permettant aux heureux titulaires qui n'ont fait que "mettre de l'argent dans la boîte" de toucher et de se répartir 100 % des profits : je caricature mais c'est à peu près ça ! J'attends des experts en finances d'entreprises pour affiner mes chiffres.

Oui mais, me dira-t-on l'Entreprise a besoin de fonds pour vivre, investir, produire, vendre.. et alors ? il y a des prêteurs pour cela, des gens qui seront tout à fait d'accord pour prêter de l'argent à une entreprise qui leur fournira un taux d'intérêt compétitif par rapport à d'autres placements, cela s'appellent le marché obligataire. Les banques sont là (ou devraient être là) pour ça ! Financer le développement d'une entreprise économique ne signifie pas fatalement la pomper jusqu'au sang sous prétexte d'usurpation de propriété et  tant pis pour les spéculateurs. Nous allons voir quel pourrait être le statut de l'entreprise de demain.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article